Comment savoir si je serai une bonne mère ?

0
1101
savoir si on est une bonne mère

« Comment savoir si je serai une bonne mère ? » C’est l’une des questions les plus courantes posées par les futures mamans, notamment au moment de leur première grossesse. L’arrivée d’un bébé à la maison chamboule beaucoup de choses. Et ce petit être va compter sur nous plus que personne au cours des premières années de sa vie. Alors, comment savoir si l’on sera à la hauteur le moment venu ?

Culpabilité et doutes : il faut s’en défaire

Les mères se sentent responsables de tout ce qui peut arriver à leur enfant, et elles se sentent aussi très coupables. Elles ont souvent le sentiment de pouvoir « mieux faire », ou d’avoir mal fait. Mais comment se positionner lorsqu’on attend un enfant, qu’il soit le premier ou non ? La culpabilité et les doutes envahissent très tôt les futures mères. Il faut apprendre à s’en défaire.

Être une bonne mère : la peur de « mal faire »

Pour celles qui vivent leur première grossesse, c’est la peur de « mal faire » avec le bébé qui est la plus pesante. Si l’on peut se préparer à l’arrivée de bébé du mieux possible avec les séances de préparation à la naissance, rien ne nous prépare vraiment à accueillir un si petit être dans notre vie. C’est une expérience unique et magique, qui bouleverse littéralement chaque nouveau parent. Et cette venue au monde en effraie une grande partie, aussi.

Si vous avez peur de mal vous y prendre, sachez que vous n’êtes pas seule. Un grand nombre de futures mamans rencontrent la même appréhension. Simplement parce qu’elles veulent le meilleur pour la petite personne qui grandit en elles, et qu’elles ont peur de ne pas être en mesure de répondre à tous ses besoins du mieux possible.

La peur de ne pas être à la hauteur

Bon nombre de futures mères s’interrogent sur la capacité à s’occuper d’un bébé. Mais aussi sur leur capacité à s’investir dans la vie de plusieurs enfants ! En effet, si le cap du premier bébé est déjà passé, cela ne signifie pas pour autant que les doutes sont inexistants à la seconde ou à la troisième grossesse. « Aurai-je assez de temps à consacrer à tous mes enfants ? Vais-je tous les aimer autant ? Et de la même manière ? ». Ces questions sont aussi très courantes. 

Encore une fois, il est légitime d’avoir des craintes par rapport à l’arrivée d’un bébé à la maison. Qu’il soit le premier ou non. Rencontrer ces doutes montre clairement que vous êtes investie dans votre grossesse et que vous pensez déjà à ce qu’il y a de mieux pour votre enfant !

comment se préparer à l'arrivée d'un bébé

En parler pour mieux se préparer

Tout au long de votre grossesse, de nombreux professionnels de santé vont vous accompagner. Ils sont là pour assurer un suivi médical et s’assurer que tout se passe bien pour la mère, et pour le bébé. Mais ils peuvent aussi être un véritable soutien psychologique dans les périodes de doutes. Votre sage-femme vous a sûrement déjà demandé si vous rencontrez des peurs ou des angoisses au sujet de votre grossesse. Elle est l’une des mieux placées pour vous soutenir et pour répondre à vos questions. N’hésitez pas à lui faire part de vos doutes.

D’autre part, vous pouvez aussi rencontrer d’autres parents, afin de les interroger sur leur vécu, leur expérience. Eux aussi ont certainement eu quelques appréhensions avant l’arrivée de leur bébé. Et pour la plupart d’entre eux, ces doutes se sont envolés à la minute où bébé est arrivé.

Enfin, sachez également que vous n’êtes pas laissée à l’abandon après la naissance de votre enfant. En cas de doute ou de question, vous trouverez toujours un professionnel, un ami, une mère pour vous aider. N’hésitez pas à faire part de vos peurs et de vos doutes à quelqu’un de confiance. Ils ne sont en aucun cas le signe que vous êtes une « mauvaise » mère. Et d’ailleurs, la mère parfaite n’existe pas !

Être une bonne mère, qu’est-ce que ça veut dire ?

Alors, concrètement, être une « bonne mère », qu’est-ce que ça signifie ? Comment s’y prendre ?

Satisfaire aux besoins de son enfant

Pour Donald Winnicott, pédiatre et psychanalyste anglais réputé (1896-1971), « Être une bonne mère, c’est être une mère suffisamment bonne ». Une mère qui sait répondre aux désirs et aux besoins de son enfant, sans les ignorer. Tout simplement ! Dans les premiers mois de sa vie, le bébé a besoin de sa mère comme personne d’autre. La disponibilité maternelle est la plus importante pour lui. Après tout, cela fait neuf mois qu’il vit à travers vous, en vous. Il n’est pas prêt à se passer de sa mère.

De ce fait, un bébé a des besoins affectifs et vitaux. En tant que mère, vous allez connaître votre enfant mieux que personne et le comprendre. C’est quelque chose que l’on ressent : il n’y a pas de manuel ou de guide à suivre. D’ailleurs, les professionnels ne sont jamais d’accord sur la « bonne façon » de procéder avec les bébés et les enfants. Le mieux est de vous laisser guider par vos intuitions. Sachez faire preuve d’indulgence avec vous-même. S’il faut le rappeler : il n’y a pas de mère parfaite. Autorisez-vous à jouer, à le prendre dans vos bras et ne vous censurez pas. Faites ce que vous jugez être le mieux pour votre enfant, sans vous soucier des « on dit » !

se préparer à l'arrivée d'un bébé

Laisser une place au père pour être une bonne mère

Dès la naissance, la maman doit apprendre à laisser une place au père. Celui-ci doit le prendre dans ses bras, passer des moments avec lui, jouer, lui prodiguer des soins… Lorsqu’il porte l’enfant, le père lui laisse une empreinte olfactive qui le sécurise et qui permet à la relation affective de s’instaurer entre eux. De plus, au contact de son père, le bébé apprend à distinguer les hommes des femmes, ce qui lui permet d’avoir plusieurs figures auxquelles se rapporter.

De la même façon, en créant une relation précoce et pleine de tendresse, le père se fait une place dans la relation avec l’enfant. Beaucoup de mères sont fusionnelles avec leur bébé, et certaines oublient parfois de faire une place suffisamment importante au père. Mais rassurez-vous, il n’est jamais trop tard pour se ressaisir !

Encourager l’enfant à l’autonomie

Par la suite, lorsque bébé aura grandi, il aura soif d’apprentissage et d’autonomie. Ce besoin d’imiter les « grands » et de se libérer quelque peu de sa dépendance envers eux est tout à fait normal. Une « bonne mère » doit tout simplement apprendre à aimer son enfant pour ce qu’il est, non pas juste pour elle-même. On n’élève pas les enfants pour les garder près de soi pour toujours, mais pour leur permettre d’être autonomes en temps voulus. Il faut donc l’encourager dans son développement de l’autonomie, et savoir s’en détacher petit à petit pour qu’il puisse vivre ses propres expériences.

Lorsqu’on est une mère, il est difficile (et même impossible) de ne pas s’inquiéter pour son enfant. Mais aussi dur que cela puisse être, il faut essayer de ne pas trop le montrer et au contraire, lui faire savoir que l’on a confiance en lui. Qu’on sait qu’il peut y arriver ! Bien entendu, il faut toujours veiller à sa santé et à sa sécurité, sans entrer dans un cercle d’inquiétudes psychiques ou physiques, que l’enfant va ressentir. Il faut tout simplement trouver l’équilibre entre liberté et sécurité.

être une bonne mère

Savoir se détacher des informations

Se préparer à l’arrivée de son bébé à travers les livres est une très bonne chose. Or, si vous cherchez les meilleures attitudes à adopter face un enfant, vous trouverez toutes les réponses possibles dans les bouquins. Simplement parce que tous les professionnels et parents ne sont pas d’accord sur la bonne méthode à employer ! Certains livres vont vous conseiller de laisser un enfant pleurer, et d’autres vous diront d’aller lui parler ou de le consoler. Ici, la science fait des avancées considérables. Mais elle ne remplace jamais tout à fait l’instinct maternel.

Ne vous en tenez pas uniquement au contenu des livres, et écoutez votre instinct. Faites preuve de bon sens en fonction de la situation, du contexte, de l’enfant… Les livres sont là pour vous guider, mais ils ne doivent pas vous imposer une marche à suivre que vous n’approuvez pas. Bien souvent, les informations que l’on trouve sont culpabilisantes et font ressentir aux mères qu’elles ne sont pas à la hauteur. Ne vous obligez pas à reproduire avec votre enfant un schéma qui ne vous correspond pas.

Et surtout, n’accordez pas trop de crédit aux fameux tests « serai-je une bonne mère ? » ou « quelle mère êtes-vous ? ». Ces tests ne vous apporteront pas de réponses personnalisées et ne vous aideront pas à vous défaire de vos angoisses.

Se préparer à la parentalité : une étape importante

Être une bonne mère ne s’apprend pas. Mais on peut tout de même se préparer à devenir parents. En effet, nous sommes toutes préparées à l’accouchement au cours de la grossesse. Mais la dimension de parentalité a trop longtemps été mise de côté. Il est temps d’y remédier !

Apprendre aux côtés de professionnels

Les soins, l’allaitement, le biberon, le sommeil, le change, le bain… Ces gestes qui paraissent si naturels à beaucoup de mères sont parfois totalement inconnus des femmes qui vivent leur première grossesse. Le fait de ne pas savoir comment prendre soin d’un bébé effraie un grand nombre de personnes, mères ou pères.
Rassurez-vous ! Il n’y a aucune honte à n’avoir jamais changé de couche. Tous ces gestes s’apprennent facilement. Vous pouvez vous former dans le cadre d’ateliers destinés aux futurs parents. Votre sage-femme aussi peut vous livrer des conseils utiles et vous montrer comment s’y prendre avec un bébé. Il ne faut pas avoir peur de poser des questions, de s’entraîner sur une poupée… Cette préparation vous permettra de vous rassurer sur vos capacités à prendre soin de votre bébé lors de son arrivée. Et elle vous enlèvera aussi un poids lourd à porter durant la grossesse : celui du doute.

comment être une bonne mère

Être une bonne mère : votre bébé vous rassurera

Quels que soient vos doutes, peurs et appréhensions, sachez qu’un bébé sait rassurer sa mère et son père. À travers ses expressions, ses attitudes… C’est ainsi qu’il va vous guider. Vous allez donc apprendre à le découvrir et à le connaître dès les premières minutes. Petit à petit, en prenant soin de lui, en passant du temps à ses côtés, vous allez trouver les bonnes façons de faire et apprendre à combler tous ses besoins. Cela fait déjà neuf mois qu’il partage votre vie, qu’il vous fait sentir sa présence et qu’il vous prépare à son arrivée dans le monde !

Ce qu’il faut retenir

À la question « Comment savoir si je serai une bonne mère ? », il n’existe pas de réponse toute faite ou universelle. Chaque bébé et chaque cas est unique. Écoutez-vous et fiez-vous à votre instinct : votre ressenti est ici plus important que tout ce que l’on peut lire dans les livres. Et votre bébé saura vous rassurer le moment venu. Pour vous libérer de vos doutes, n’hésitez pas à en parler avec votre sage-femme, médecin, gynécologue… Et participez aussi à des ateliers si cela peut vous aider !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici